Doit-on déclarer son état de santé avant de souscrire une assurance obsèques ?

Une assurance obsèques constitue un contrat d’assurance vie portant sur le paiement d’une société de pompes funèbres lorsque l’assuré décède. Le souscripteur peut désigner une tierce personne en tant qu’assuré ou devenir assuré lui-même. La souscription à ce contrat est soumise à quelques conditions.

Les conditions pour souscrire une assurance obsèques

La souscription à une assurance obsèques est simple. Aucune formalité complexe n’est exigée par l’assureur. Tout le monde peut y souscrire peu sans une exigence de contrôle d’état de santé. L’assureur compte quand même sur la bonne foi du souscripteur. Toutes personnes, malades ou non ont le droit de souscrire une assurance décès au moment de la conclusion du contrat. Toutefois, le cas d’un suicide et d’une maladie incurable constitue des exceptions à cette règle.

L’âge maximum de souscription varie entre 70 à 80 ans selon les assureurs. Une inscription à cet âge, même considérée tardive, est tolérée. En effet, la plupart des assurés dans le cadre d’une assurance obsèques sont des personnes âgées.

La question de l’état de santé de l’assuré

Les particuliers ont tendance à confondre l’assurance décès et une assurance obsèques. Avant de souscrire à cette première catégorie d’assurance, l’état de santé est contrôlé de manière stricte. L’assureur envoie ses clients vers un médecin de son entreprise même avant de conclure le contrat. Cette situation est logique, car le montant d’une assurance décès peut atteindre les 1 million d’euros environ. Si l’assuré décède en moins d’une année, l’assureur est perdant.

Dans le cadre d’une assurance obsèques, en dehors des maladies incurables ou un décès provoqué, l’état de santé de l’assuré n’est pas remis en cause. D’ailleurs, la somme prévue couvre uniquement les frais funéraires (cercueil, transport, fleurs, etc.).

Le fonctionnement de l’assurance obsèques 

Un assuré souhaitant bénéficier d’une assurance obsèques doit se rapprocher d’un organisme proposant le service. En effet, l’assurance obsèques n’est pas monopolisée par les compagnies d’assurances, les mutuelles et les banques sont en mesure d’avancer ce service. Par la suite, l’assuré demande un devis ou choisit la formule adaptée à ses besoins.

En général, il revient à l’assuré de définir la nature de ses obsèques, le mode de sépulture et les prestations qu’il souhaite après son décès. La banque lui propose trois types de formules. Le premier consiste à déposer une certaine somme en une seule fois. Le second permet un paiement de cotisation périodique selon la volonté des parties au contrat. Le dernier constitue une prime temporaire. Plus précisément, l’assuré est amené à payer une cotisation durant un temps limité.

Comment savoir si un défunt a mis en place une convention obsèques ?
Assurance vie et assurance décès : quelle différence ?